Qu'est ce que le sens ? 

Qu’est ce que le sens ?

Au sein de Sens Compétences, nous parlons sans cesse de sens : le sens par ici, le sens par là, le sens partout et dans toutes ses dimensions. Le concept même de Sens Compétences est basé sur la notion de sens. Or il est possible que pour vous ce mot ne signifie rien ou vous semble flou, peu clair et objet de multiples confusions. Et vous avez raison !!! Le mot sens est un mot à usage polysémique c’est à dire qu’il a plusieurs significations possibles et qu’il reflète plusieurs réalités. Il s’agit ici de déterminer ce que nous appelons « le sens », de clarifier la notion afin de savoir de quoi on parle exactement. Les mots ont en effet leur importance et il s’agit de clarifier le concept que nous utilisons.


Étymologie du mot sens

Tout d’abord, quelle est l’origine du mot sens ? Elle est double : d’où une première possibilité de confusion. Le mot sens date du XIème siècle et provient vient du latin sensus qui signifie « percevoir par les sens, ressentir ». Mais il provient aussi du langage germanique au XIIème siècle où le mot sen signifie « la direction, le chemin ». Les deux mots se sont mutuellement influencés et la confusion autour du terme provient très certainement du fait que ce mélange de significations date de longtemps au sein de la langue française. En vieux français déjà le mot sens s’impose pour désigner tour à tour les 5 sens, la signification et la direction. Les anglais sépareront les 5 sens (fillings) de la direction (way). Le mot sense désigne la signification (meaning). Les allemands séparent la signification (bedeutung), la perception (sinn) et la direction (richtung). La confusion est donc beaucoup plus grande en français où le mot sens est utilisé pour exprimer des objets et concepts multiples.


La définition du mot sens

Sens est donc un mot polysémique, qui a plusieurs sens possibles. Tentons de faire le tour de ce qu’il peut signifier : nous avons pu repérer au moins 5 sens au mot sens.

1) la signification : ce que quelque chose veut dire.

2) idée cohérente qu’on se fait de sa place dans l’univers et du déroulement de sa vie (psychologie, religion, anthropologie)

3) Faculté de percevoir les impressions faites par des objets extérieurs (biologie)

4) Manière de juger, de comprendre. Qui exprime le sentiment, l’opinion de quelqu’un concernant un sujet donné.

5) Raison, intelligence.


Les expressions utilisant le mot sens

Elle sont nombreuses et rajoute à la confusion car les 5 définitions sont utilisées tout à tour dans des expressions qui tendent à leur tour à faire sens en tant que telles dans l’usage commun : à mon sens, au sens de, au sens étroit, au sens figuré, au sens large, avoir du sens, le bon sens, au sens (biblique) du terme, contresens, dans tous les sens, de grand sens, double sens, en ce sens, en dépit du bon sens, faire sens, non sens, quête de sens, sens commun, sens moral, sens pratique, tomber sous le sens, un homme de sens, plaisir des sens, les 5 sens, reprendre ses sens, sens de l’orientation, sens des réalités, sens du comique, sens du ridicule … la liste est longue et n’est pas exhaustive.


La question du sens

De quoi parle-t’on lorsque l’on évoque la question du sens ? Parle-t’on de la question du pourquoi, du pour quoi, de la cause qui sont à la source des actions et organisations humaines ? Parle-ton de la question de la direction, dans quelle direction va-t’on, dans quelle direction veut-on aller ? Parle-t’on de la question de la signification, de ce que signifie l’objet dans un ordre signifiant (sens de la vie, sens du monde, ordre culturel et spirituel qui ordonne le monde et sa place dans l’univers) ? Parle-t’on de la question de la perception, de la manière dont on conçoit les objets extérieurs ? Parle-t’on de l’éthique, lorsque par exemple on parle du sens des pratiques ou du sens des actions humaines dans un contexte moral et social particulier (travail social, psychothérapie, etc.) ? Parle-t’on d’une cognition particulière, celle du Sens avec un S majuscule, c’est à dire cette cognition au sein du cerveau humain qui génère un sentiment d’unité intérieur : de paix vis à vis du passé, de force et d’énergie dans le moment présent & de joie vis à vis d’un futur désirable. Dans cette conception, lorsqu’on ressent le sens, on se sent en fusion avec l’univers, pleinement à sa place car connecté avec ses motivations profondes et ouvert à une dimension transcendantale c’est à dire bien au-delà de son petit égo. Ce qui fait sens en soi, c’est ce qui nous permet d’atteindre cet état de conscience où nous faisons partie d’un plus grand ensemble que nous même (les autres, la société, la civilisation, l’humanité, l’univers, le divin, un ordre spirituel). On se sent alors protégé et baigné dans un sentiment d’amour inconditionnel, indestructible car faisant partie d’un mouvement global qui nous dépasse.


Force et faiblesse du mot sens

Cette polysémie est à la fois la force et la faiblesse du mot sens. Sa faiblesse provient des confusions possibles, sa force provient du fait que grâce au mot sens on peut toucher une réalité qui dépasse toutes ces petites différences de définitions. D’où la nécessité de tenter de définir ce qu’est le concept de sens tel que nous l’entendons c’est à dire tel qu’il permet de dépasser l’ensemble des petites significations possibles pour intégrer une « réalité totale globale ». Cette réalité est très souvent utilisée par de nombreux auteurs lorsqu’ils abordent « la question du sens ». C’est même la conclusions de nombreux rapports, de nombreuses études qui sur un sujet particulier en appelle à revenir au sens de l’objet pour en revenir à la source, au fondements, à la signification, à la direction prise, à l’éthique, à la dimension transcendantales des actions et des organisations. Le sens, c’est tout cela à la fois. L’avantage de poser la question du sens est donc là : en appeler tout à la fois aux questions suivantes : le pourquoi, le comment, la direction, la signification, l’éthique, la dimension transcendantale de l’objet. Le mot le plus proche est sans doute finalité car il désigne le caractère de ce qui tend à un but ; fait de tendre à un but. Renvoyer à la question du sens, c’est renvoyer à la question des finalités d’une action, d’un objet et d’une organisation. Un autre mot pourrait faire également l’affaire, celui d’essentiel, c’est à dire de ce qui est le plus important, la quintessence d’une chose, c’est à dire le facteur qui fait que l’objet considéré est qui il est par son essence et non par accident (opposé à accidentel, au relatif).


Le sens en questions

On voit donc que le sens est un « phénomène social total » au même titre que le don -contre don de Marcel Mauss ou que le sentiment de reconnaissance de Alain Caillé. Le fait social total implique que tout ce qui est observé fait partie de l'observation mais aussi et surtout que l'observateur est lui-même une partie de son observation (il fait partie du système observé). Le sens est également un phénomène complexe. Le mot « complexe » – du latin complectere: embrasser – est le contraire de simple, puisqu’il renvoie à l’idée d’éléments divers. «Je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus de connaître le tout sans connaître les parties…» (Pascal; ce principe est aussi, pour Edgar Morin, l’un des paradigmes de la méthode de la complexité.).

Le sens est donc un objet scientifique qui mérite d’être davantage développé. Qu’est ce qui génère le sens ou au contraire le détruit ? Quelle est l’utilité du sens ? Pourquoi est il si souvent convoqué pour expliciter la crise d’un objet ou phénomène ? Qu’est ce que signifie convoquer la question du sens par rapport à telle ou telle problématique social ? Comment générer le sens pour les individus et les organisations ? Qu’est ce qui fait sens ? Comment (re)donner du sens ? Quel est le champs épistémologique du sens ?

Les réponses à ces questions sont déjà nombreuses car il existe de nombreux travaux qui ont portés sur le sens. Ces travaux sont peu connus mais ils existent. Nous tenterons de faire le tour de la revue de littérature qui existe sur le sujet la semaine prochaine afin de cerner ce qui est déjà connu à propos du sens et ce qu’il reste à découvrir.

Ce texte vous a plu ? 

Retrouvez nous sur notre site internet